Vallée de la Sèvre : compte-rendu

Les mesures barrières étaient appliquées pour cette dernière sortie avant le reconfinement (ce que nous ne savions pas alors). Nous étions le 16 octobre 2020, quasiment la fin de notre vie sociale !

Bien qu'en octobre, le soleil était de la partie; De quoi apprécier cette "petite cité de caractère" qu'est Mallièvre. Elle s'est développée en fond de la vallée de la Sèvre Nantaise, remontant sur ses contreforts. Un bien joli village qui a fait l'objet d'aménagements et d'une mise en valeur de son patrimoine bâti réussis.

Ce village vivait autrefois de l'agriculture, du travail de la laine puis du tissage. Au XIX ème S., les tisserands ont contribué à la reconstruction de son église qui abrite quelques trésors dans une vitrine, de beaux vitraux et un fameux chemin de croix émaillé. Le jardin Marie Eulalie présente plantes et fleurs tinctoriales, rappelant que la teinture se poursuit dans l'ancien tissage au travers de la société "Couleurs et Textile". Murs et tours du château -détruit durant les guerres de 100 ans et de religion- dominent la rivière, un ancien lavoir et le site en lui-même contribuent au charme de ce village dont quelques résidents secondaires ont fait leur lieu de villégiature. Un excellent déjeuner au "Shockadélica'fé" (nous vous le recommandons !) permettait de reconstituer les organismes .

L'après-midi était consacré à "Vendée vitrail" qui, dans l'ancienne église de St Hilaire de Mortagne, au travers de présentations fixes et animées offre la rencontre des vitrailleurs qui officiaient dans le secteur et au-delà, la découverte des matériaux, outils et techniques du vitrail, le patrimoine des vitraux du département de la Vendée. Nous terminions par une visite de la brasserie "Mélusine" à Chanverrie. L'occasion de goûter quelques-unes de leurs productions (de s'y approvisionner pour certains) avec la traditionnelle brioche vendéenne.

Pour ceux qui n'étaient pas là, les présents vous diront que ça vaut le déplacement !

Vivement de nouvelles sorties comme celle ci !

Artpaillange / compte-rendu

Nous étions 16 en cette soirée inaugurale des activités de la saison, soirée qui se tenait à Grosbreuil, aux écuries d'Artpaillange.

Nous avons mesuré que l'été est terminé, c'était un des premiers soirs avec des températures aussi faibles. Rappelons que nous étions quasiment en extérieur. Mais chacun s'était couvert en conséquence !

Un repas, différemment apprécié, engageait la soirée accompagné par des animations musicales et autres numéros de cabaret.

Chevaux et cavaliers prenaient la suite pour 1h15 de spectacle. Nous les attendions tous, ils étaient le clou de cette soirée. Le feu, maitrisé, y était très présent, c'était là une originalité; les chevaux n'en étaient pas effrayés. Les ballets des équidés et de leurs serviteurs, baignant dans des lumières chaudes que les flambeaux en mouvement enrichissaient de tons jaunes orangés, donnaient à voir la qualité de la relation de l'homme avec l'animal ainsi que le travail de coordination entre les divers acteurs (souvent 2 paires cheval-cavalier). Quelques présentations de dressage, un peu à l'image de ce que nous avions vu à l'école d'équitation de Saumur, complétaient la représentation. Un peu de chant, de trapèze, quelques notes d'humour s'intercalaient pour offrir un spectacle parfois dynamique, parfois apaisant.

Le spectacle a été très apprécié. Nul doute que certains d'entre nous assisteront à un prochain spectacle d'Artpaillange, que ce soit au moment de Noël ou bien lors de la période estivale.

et voici quelques séquences vidéo: cercle de feu / duo de feu / trapèze

Salon de l’Agriculture / compte-rendu

Après la visite chez Vincent à la ferme des Achards fin janvier, il fallait assister à la présentation de "Madisson" au Salon de l’Agriculture et en profiter pour revoir ou découvrir le cœur de Paris.

Lundi 24 février

Départ au petit matin (5h30), petit déjeuner en cours de route, arrivée à Paris vers midi.

Nous passons au pied de la Tour Eiffel puis les groupes se séparent.

Le premier commence la visite du Salon de l’Agriculture et prend les repérages pour le lendemain.

Le second, déposé devant l’Assemblée Nationale, descend vers Notre-Dame en passant devant le musée d’Orsay. Pause restauration dans une brasserie de la Cité puis, au fil de la promenade: Hôtel de ville, Église St Germain l’Auxerrois, la rue de Rivoli, la Cour Carrée du Louvre et la Pyramide, le Carrousel, les Tuileries, l’Obélisque avec en perspective les Champs-Élysées et l’Arc de Triomphe. Nous revenons devant l’Assemblée Nationale où Vasco (notre chauffeur) nous attend.

Nous reprenons le premier groupe et nous partons en direction de Rueil-Malmaison (célèbre pour la maison de l’impératrice, cadeau de Napoléon à sa Joséphine !) pour la nuit. Les légendaires embouteillages parisiens ont considérablement allongé notre temps de trajet ...

Chacun prend possession de sa chambre d’hôtel et nous repartons à pied pour le restaurant. Ambiance sympathique et excellent dîner.

A 23h, tout le monde dort !

Mardi 25 février

Après un excellent petit déjeuner, tout le groupe repart au Salon de l’Agriculture.

L’ occasion de traverser le quartier de la Défense, de passer devant la Maison de la Radio, de goûter une seconde fois aux embouteillages, d’éviter quelques trottinettes et nous arrivons enfin bien à l’heure pour assister aux dernières sélections et remises des prix. "Madisson" notre championne vendéenne l'année passée sera cette année, après un changement de catégorie… deuxième dauphine !

Pour le reste de la journée, quartier libre jusqu’à 18h30. Chacun privilégie ses centres d’intérêts.

Retour sans problème, malgré le mauvais temps, pour une arrivée vers 1h30 comme prévu.

Deux très bonnes journées conformes à l’esprit de notre association : Ensemble dans la Bonne Humeur, la Convivialité et l’Entraide .

D’autres projets du même genre sont à l’étude, seriez-vous partant  ?

les Achards / Compte-rendu

Un avant-goût du Salon de l'Agriculture, en ce 28 janvier 2020, journée découverte des exploitations des fermes de "Ricordeau" et de "l'Auzaire", aux Achards.

Sous une météo, disons...humide, nous étions 34 pour cette rencontre avec des agriculteurs passionnés, soucieux de produire dans le respect des animaux , de la nature et des consommateurs.

A Ricordeau, Vincent élève plusieurs centaines de "Simmental". En cette période, ce sont 80 naissances qui s'ajoutent au cheptel. Point d'orgue de cette visite, la présentation de "Madison", sélectionnée pour concourir une seconde fois au Salon de l'Agriculture (rappelons que "Madison" a obtenu le premier prix, à ce même concours, l'an passé). Quelques images pour vous permettre d'apprécier et nous ne parlerons pas de la fierté de son éleveur !

A l'Auzaire, Yohann est engagé, depuis 2019, dans la production maraîchère et l'élevage de Porcs, Moutons, Pintades, Canards, Poulets et Poules pondeuses. Il s'engage à produire sain, raisonné et vend localement sa production, ainsi que celle de Vincent et quelques autres (sel, escargots, jus de fruits, produits laitiers,...), dans le magasin "les Jardins de l'Auzaire".

Entre ces deux visites, David nous a cuisiné les produits de l'exploitation: 6 verrines dégustation (chou rouge, poivron, chou rave, radis noir, courge, carotte), pintade et canette aux olives ,champignons et pommes de terre, puis tarte au pommes et crème façon "after-eight". Repas confectionné avec amour. Excellente journée pour tous

"Trivalis", compte-rendu

Une trentaine de personnes pour participer à la découverte de ce centre de tri qui reçoit l'ensemble des déchets recyclables du département, et même quelques-uns de Loire-Atlantique.

Avant d'en arriver ici, ils sont passés au travers d'une douzaine de postes de transferts, répartis sur l'ensemble du département.

Puis les déchets vont entreprendre leur course folle sur les tapis et au travers des différents outils de tri mécanisés qui vont se succéder (trommel pour calibrer, séparateur balistique, aimant pour dégager les métaux, courant de Foucault pour rejeter l'aluminium, trieur optique pour distinguer cartons et différents plastiques ). Au final, une étape manuelle, sur une dizaine de postes, permet de corriger les imperfections des machines. Le tout, trié, sera compacté pour être expédié en France ou en Europe, en vue du recyclage.

La découverte est précédée d'activités ludiques pour nous rappeler les consignes de tri, nous mettre dans la peau d'un trieur, nous instruire de ce qu'il advient de nos déchets.

Une visite très instructive donc.

Léonard de Vinci - compte-rendu

Il était Italien, curieux et avide de connaissance, surdoué dans son domaine et très sensible, exigeant sur ses productions mais lent (une vingtaine de tableaux, mais de nombreux carnets de dessins). Dans l'atelier de son maître, Andréa de Verrochio, il apprendra les bases de son métier. Il "se vendra" comme architecte, peintre, sculpteur, producteur de spectacles, inventeur de machines auprès de ses protecteurs successifs: Ludovic Sforza, Césare Borgia, Julien de Médicis puis François 1er. Il décèdera à Amboise, à l'âge de 67 ans, en 1519. C'est ..., c'est ..., c'est ...: Léonard de Vinci.

A l'occasion des 500 ans de sa disparition et de l'exposition que lui consacre le musée du Louvre, c'est une conférence éclairée et vivante que donnait Jean-Claude Pellerin des "Amis de l'histoire de l'Art" au cœur de l'exposition de Jean-François Dolbeau ce jeudi soir 21 novembre devant 80 personnes qui se sont enrichies de ses connaissances.